Travaux d’aiguille

Quand Rose se lance dans les travaux d’aiguilles en 2016, il s’agit avant tout de se détendre. Garder les mains occupées, faire preuve de minutie, comme un rempart contre les angoisses et la dépression. Elle refuse de recourir à la machine à coudre. Sa lenteur et sa quête de technique participent d’une résistance personnelle à la vitesse de la machine capitaliste. Elle s’empare du stigmate sur les pratiques considérées comme « féminines ». Elle infuse ses gestes d’hommages aux luttes des couturières, historiques et actuelles, et leur contribution essentielle aux luttes ouvrières et syndicales.

Ses broches, écussons, drapeaux portent des messages politiques forts, sont absurdes ou ironiques et, parfois tout simplement kitsch.

N’hésitez pas à prendre contact pour tout renseignement!